samedi 13 mars 2010

Hertha Berlin : Invasion et affrontements sur la pelouse…


Mécontents, ulcérés et déterminés après la nouvelle défaite (1-2) du Hertha Berlin à domicile  devant Nuremberg concédée dans les arrêts de jeu après avoir ouvert le score, cet après-midi (26ème journée de Bundesliga) , une centaine de supporters Berlinois, pour certains armés de bâtons a envahi la pelouse de l’Olympiastadion

Des affrontements ont eu lieu avec des stadiers. Ils ont aussi agressé des équipes de télévision, avant de tenter de détruire les bancs de touche et d’autres équipements du stade olympique avant d'être repoussés vers les tribunes par les forces de l'ordre qui ont notamment utilisé des brigades cynophiles. Trente supporters ont été interpellés et quatre policiers légèrement blessés...

Le Hertha Berlin qui possède pourtant un budget conséquent et une équipe compétitive (4ème la saison dernière) est actuellement lanterne rouge (son plus mauvais classement depuis son retour en Bundesliga en 1997) et compte neuf points de retard sur la 15e place, synonyme de maintien, occupée par Nuremberg, son adversaire du jour.

Benfica – OM : Le CR oublié (Souvenirs de 90)…

Benfica – OM : 18 Avril 1990, putain j'y étais !!! Un peu trop jeune a l'époque et un peu trop tendre pour ces fachos de condés Portugais toujours pas sortis plus de vingt ans après des méthodes à la « Salazar »

On avait pris des caillasses tout l'avant match et au début de la partie, les abords du stade n'étaient que de vastes terrains vagues et ces mastres de moustachus en rouge nous bombardaient impunément.

Alors le Commando Ultra lança une de ses charges héroique typiquement marseillaise, avec les Alex, Roger et autres Chaise en tête ,en direction de l'étage supérieur mais dans les escaliers menant a celui-ci s'en suivi un grosse embrouille avec les fachos en uniforme et leur immenses "putains" de matraques Portugaises (mon dos s'en souvient encore…)...

L'affrontement fut long et violent et l'un des notre fut "capturé" par l'ennemi...La suite de la rencontre se résuma par l'alternance de « filades » avec ces putes et des moments de répit...

Je ne m'attarderai pas sur la main qui nous priva de finale et que personne au stade n'avait vu...

Sur le chemin du retour, on rencontra Thierry Rolland et Larqué qui nous apprirent que Vata avait marqué de la main et alors que ces deux anti-marseillais essayaient de s'incruster ils furent éjectés à coup de pieds et "mollardés " comme des merdes qu’ils étaient et qu’ils restent…

L'arrivée a l'aéroport de Marignane fut un grand moment pour tous les Ultras présents...

Découvrant l'équipe de l'OM au grand complet,la mine défaite et Papin en larmes, le Commando Ultra’ entonna plusieurs chants a la gloire de leur équipe...des chants qui résonnent encore dans ce hall d'embarquement où Tapie nous rejoignit en compagnie de notre camarade emprisonné...

S'en suivi un grand moment de communion entre les supporters et les joueurs hallucinant devant la ferveur intacte des ultras marseillais dans un tel moment ...

Alors oui ce déplacement à Lisbonne restera à jamais gravé dans la mémoire de la centaine d'Ultras présents là-bas mais pas pour cette foutue main qui fait toujours la « une » de la Provence, mais pour l'union et la force que créa ce moment au sein de l'Olympique de Marseille....

À jamais les premiers...

Ultras Marseille (Briseurs d'os La Ciotat)

Barra Brava : Almirante Brown, du lourd, du très lourd…


Almirante Brown, un club quasi anonyme de la province de Buenos-Aires, actuellement installé à la deuxième place de la Primera B (équivalant du National) le club du district de la Matenza ne présente sportivement aucune caractéristique particulière, par contre du côté de la hinchada, le palmarès est impressionnant…

Du lourd, du très lourd donc du côté des barrabravas du club dont les antécédents et condamnations judiciaires sont aussi nombreux que les affrontements et incidents dont ils sont à l’origine…

Mais comme dans la plupart des Barras, c’est aussi en interne que la guerre fait rage quitte à entraîner des sanctions sévères pour le club, quitte à se battre en plein centre ville de San Justo et en plein jour…

Ainsi en Septembre 2008, la barra brava du Club Almirante Brown a fait les manchettes et la une des journaux quand deux factions ennemies se sont affrontées en plein cœur de San Justo, à l'ouest de la province de Buenos-Aires, sa zone d'influence…

Ce jour-là, une faction de la barra, appelée "Los de Siempre" et une autre connue comme "La Juan B. Justo" se sont affrontées avec des armes blanches et des armes à feu dans le centre de San Justo sous les yeux de passants effarés…

Ces violents incidents venaient en représailles d’autres affrontements qui s'est produits le week-end précédent lors d’une soirée dansante (!!!) organisée dans la région.

Lors de cet affrontement du centre-ville de San Justo, les membres de "Los de Siempre" étaient dans le local où ils se rassemblent habituellement quand ils ont été attaqués par ceux de "La Juan B. Justo" qui voulaient donc se venger des incidents du samedi précédent. Les affrontements se poursuivant rapidement sur la Plaza de San Justo, où selon des témoins, des coups de feu ont été tirés, alors que certains combattants avaient des couteaux, des barres de fer et autres armes de poings…

En 2007, Almirante avait été sanctionné de 18 points de pénalité pour des affrontements entre ces mêmes factions lors de la finale pour la promotion face à Estudiantes de Buenos-Aires.  À l’issue, les hinchas avaient été interdits de voir leur équipe pendant toute une année. Almirante Brown sera évidemment relégué …

Et mardi prochain (16 Mars) risque d’être un autre jour à marquer d’une croix (rouge sang) dans l'histoire de cette barra, puisque Almirante se rendra chez les Mataderos de Nueva Chicago, son plus farouche rival et là encore une barra de « malades », une des les plus violentes du pays…

En attendant ce déplacement qui inquiète (un euphémisme) les autorités, « Los Mirasoles » ont fait la une de l’actualité cette semaine avec encore un fait-divers violent mais paradoxal, qui en tout cas aurait pu s’avérer tragique. Ainsi lors d’un entraînement, Román Díaz, un joueur d’Almirante a sorti un revolver et tiré des coups de feu en l’air afin de se dégager (intimider) des barrabravas qui étaient venus sur le camp d’entraînement lui reprocher son mauvais match lors de la journée précédente face à Defensores de Belgrano et surtout son comportement d’après match vis-à-vis des hinchas…

Depuis, l’équipe s’entraîne sous protection policière. Quant à Román Díaz, il a été entendu par la Police…

vendredi 12 mars 2010

PSG : Le Virage Auteuil annonce un boycott...


Des associations de supporters du Virage Auteuil (Supras, Authentiks et Grinta) ont annoncé leur intention de ne plus (se) rendre au Parc des Princes à compter de ce samedi 13 Mars ( PSG-Sochaux )

Cette décision se veut être une réponse aux affrontements entre supporters parisiens qui avaient précédé le dernier PSG – OM qui avaient fait un blessé grave, membre de la Tribune Boulogne, et qui est toujours dans le coma.

Les associations de supporters du virage Auteuil accusent le KOP Boulogne d’avoir déclenché ces affrontements et dénoncent également l'absence de contact avec la direction du PSG ainsi que la fermeture de leurs locaux annoncée comme mesures de rétorsion par le Président du PSG à l’issue de ces (nouvelles) violences...

La semaine dernière, les Lutèce Falco, autre association et groupe historique du virage Auteuil, avaient choisi de se mettre (temporairement)en sommeil en demandant notamment à ses adhérents de ne plus venir au Parc des Princes avec des signes représentatifs du groupe…

Benfica – OM : Des supporters Marseillais matraqués par la Police Portugaise


Décidément cela semble être une pratique endémique de la péninsule Ibérique puisque après les incidents de Madrid face à l’Atletico, hier encore les supporters Marseillais ayant effectué le déplacement vers la Capitale Portugaise ont été sans raison tangible agressé par les Policiers présents autour du stadio de la Luz…

Les faits se sont produits lors de l’arrivée des bus marseillais au stade et alors que les supporters ont entonné des chants en hommage à Lucho González…

Ancienne Icône de l’ennemi du FC Porto, ces encouragements vocaux n’ont manifestement pas plu aux policiers présents qui se sont alors précipités sur les supporters Phocéens en les matraquant sans ménagement…

Entrés dans leur secteur réservé du stade, ils ont ensuite demandé à être entendu par Jean Claude Dassier qui est venu aux nouvelles…

L ‘OM a signalé les faits au délégué UEFA et pourrait émettre une protestation officielle sur ces incidents.

Hortefeux veut maintenant interdire les déplacements !


Brice Hortefeux, l’ami du Président et accessoirement Ministre de l'Intérieur, n’en est plus à une déclaration démagogique ou à une initiative liberticide près…

Ainsi  pour lutter contre la multiplication des violences dans les stades puisqu’ évidemment il n’y a que là en France où l’on trouve de la violence certainement,  Il vient de commander à ses services de travailler à l'élaboration d'une loi spécifique interdisant les déplacements de supporters en France…

À l’heure de la mondialisation, de l’éclatement des frontières, de l’Union Européenne et de la libre circulation prévue par le traité de Rome, progressivement réalisée et concrétisée à partir des années 1980 avec la coopération et qui s'est peu à peu étendue à tous les États membres ainsi qu'à des pays non-membres de l'UE, M.Hortefeux, lui envisage d’empêcher à un certain nombre de personnes de se déplacer en France, là où bon leur semble sous prétexte que se serait pour voir un match de football, même si cela se fera (certainement) plus insidieusement…

Cette mesure répressive serait selon le Ministère de l’Intérieur limitée dans le temps et dans des cas précis de risque grave de trouble à l'ordre public…

Cette Loi pourrait être promulguée dès la saison prochaine…

jeudi 11 mars 2010

Argentine : 1913 quand le football devint « fútbol »…(Vol III)


Il fallait commencer par construire (et imaginer) un nouveau style de jeu, différent de celui pratiqué par les footballeurs britanniques. Le style britannique était fondé sur un solide travail collectif, un bon esprit d'équipe, des passes longues, la rapidité, la puissance physique et peu de dribbles individuels. Le style était défini comme « aérien »

Le style créole, en revanche, appelé de façon euphémique l'« assise créole », était un style « terrestre », basé sur des passes courtes, la précision, une balle plus souvent au sol, un jeu plus lent et l'emphase sur le dribble créatif. 

Avec une telle « assise », le football argentin se libérait de la grille britannique et développait une nouvelle forme de jeu.

Cela fait, on relia explicitement cette transformation stylistique à l'environnement, aux produits et aux caractéristiques d'un territoire donné qui conditionne les immigrants et leurs descendants : l'air, le paysage, le contact avec les habitants, la nourriture et la boisson. Le produit n'était pas italien ou espagnol, il était « créole », car la nouvelle forme se développait à partir de sources d'origines diverses. Comparé aux autres styles, celui défini comme « créole » différait de celui des Espagnols, considéré comme plutôt primitif (la furia espanola), et de celui des Italiens, moins créatif et moins technique…

La victoire du Racing en 1913 coïncida pratiquement avec les ouvertures démocratiques, l'extension des droits civils et du droit de vote, ainsi qu'avec l'incorporation des immigrants dans la vie politique à travers le Parti radical, qui gagna les élections nationales en 1916 et resta au pouvoir jusqu'en 1930. Les nationalistes véhiculaient une image pastorale de la nation, fondée sur les notions de « racines » et de « permanence de la tradition ».

Tout en se concentrant sur l'importance du football, les discours des journalistes sportifs et de la presse populaire articulaient de nouvelles images et de nouvelles représentations basées sur la créolisation et l'importante contribution des immigrants dans la définition du style national. Ce processus fut consolidé à travers les victoires internationales des clubs argentins et des équipes nationales dans les années 20.

Le football argentin n'était pas un phénomène local, il fut reconnu comme quelque chose de différent et de très compétitif. Le football devint un élément important dans le développement global du sport dans lequel les équipes et les joueurs circulaient dans un marché international croissant. Les meilleurs joueurs locaux émigraient (aussi) vers l'Europe et déployaient le nouveau « style créole » via les grands clubs Européens…

Gendarmes Vs IDS (Lyonnais), heureusement que le ridicule ne tue pas…

Interdit (administrativement) de Stade par arrêté préfectoral, Alexandre, un supporter de Lyon doit comme cela est prévu par les textes, pointer à chaque match du club lyonnais pour prouver qu'il n'est pas dans les tribunes….

Alors qu’il résidait jusqu'alors à Lyon et qu’il s’était appliqué à respecter cette contrainte jusqu’alors sans difficulté particulière, cet ultra lyonnais a déménagé il y a deux mois à Greyzieu-la-Varenne (Rhône), situé à environ 11 kms de Lyon et dépend donc désormais administrativement de la brigade de Gendarmerie de Vaugneray où les choses samedi dernier se sont assez (un euphémisme) mal passées.

Venu apposer sa signature à 19 heures, Alexandre s'est vu signifié de revenir comme le prévoit la loi à la 25e minute du match alors que Lyon jouait ce soir-là à…Boulogne-sur-Mer, soit à peu près à 600 kms ( !!!) de la Gendarmerie en question.

Devant l’intransigeance de la « maréchaussée » le ton est monté, les insultes ont fusé et ce supporter Lyonnais s’est vu présenté devant un juge pour de supposées violences dont aurait été victime le « comique de service », violence au sujet  desquelles le procureur a toutefois émis des doutes face à une procédure rigide et vexatoire.

Relaxé pour les violences, il a toutefois été condamné à 2 mois de prison avec sursis, mise à l'épreuve et à une amende de 200 euros…

Sans (autre) commentaire….

Nouvelle condamnation d’un capo (historique) de l’Atalanta…


C’est une condamnation d’une extrême sévérité qui vient de frapper Francesco Palafreni plus connu sous le surnom de « Baffo », un capo historique de la Curva Nord de l’Atalanta puisque ce tifoso nerazzurro emblématique du mouvement ultra’ bergamascho (54 ans) vient d’être condamné  à cinq mois et dix jours de prison, à une amende de 6000 euros et à une interdiction de stade jusqu’en 2015.

Lors de chaque match de l’Atalanta mais aussi ceux de l’Albinoleffe, il devra se présenter trois fois à la caserne des carabiniers de Curno : 30 minutes après le début de la rencontre, 30 minutes après le début de deuxième mi-temps  et une heure après la fin du match…

La Police avait constaté sa présence à proximité du stade, le 17 Janvier dernier alors que l’Atalanta recevait la Lazio. Le lendemain, il était interpellé pour violation d’une interdiction de stade (DASPO) qui lui avait imposé après le « fameux » Atalanta - Milan de 2007 qui avait dû être interrompu après que des ultras nerazzurri aient fracassé la vitre de protection qui sépare le terrain de la Curva Nord…

« Baffo » s’était pourtant justifié en expliquant qu'il était là-bas pour des raisons professionnelles et qu’il avait été incapable de résister à la curiosité de connaître le résultat d'Atalanta - Lazio qu'il était allé suivre à la TV dans un bar...

Manifestement le juge n'en pas eu envie de l’entendre et a décidé d’avoir la main lourde avec cette condamnation sans précédent…

Suite, à son arrestation en Janvier dernier, 300 ultras de l’Atalanta s’étaient rassemblés devant le siège de la Police de Bergame pour protester et manifester leurs soutiens au capo historique de la Curva Nord. Des dizaines de policiers avaient alors été déployés et des affrontements avaient eu lieu, une partie de la nuit autour du commissariat.

Cette condamnation fait suite à celle infligée pour les mêmes motifs de non respect d’une interdiction de stade à Claudio « Bocia » Galimberti, l’actuel capo de la Curva Nord et autre personnage emblématique du mouvement ultra’ de Bergame…

mercredi 10 mars 2010

Hellas Vérone – Reggiana : Incidents en fin de match…


Mauvaise expérience dimanche pour Robert Cavalheiro Anderson le défenseur de la Reggiana (et sa « petite amie ») insultés et agressés par des tifosi du Hellas après le match et alors qu’il s’apprêtait à quitter l’enceinte Véronèse

En fait, après la surprenante défaite du Hellas sur sa pelouse contre la Reggiana, un adversaire direct à la montée (qui plus est) c’est toute l'atmosphère extérieure au Bentegodi qui n'était pas des plus pacifiques dimanche dernier…

Match au sommet sportif donc, tendu sur le terrain et aussi dans les tribunes avec l'autorisation finalement accordée par la Préfecture pour la venue des tifosi de la Reggiana au Bentegodi. Décision contestée et vivement critiquée par les dirigeants de la « città scaligera »…

Et effectivement, l’après match a été animé quand un groupe d'ultras veronesi s'est dégagé des cordons de sécurité de la Piazzale Olimpia et a commencé à jeter des pierres vers le quelques 400 tifosi ospiti qui attendent de rentrer à Reggio Emilia, provoquant une risposte avec des jets de bouteilles et de fumis entre les deux factions…

L’intervention les carabiniers mettra cependant rapidement fin à ces incidents sporadiques…

La saison dernière, ce match avait déjà donné lieu a des affrontements et la Police avaient notamment interpellé 26 ultras de la Reggiana pour lesquels une procédure d’interdiction de stade (Daspo) avait ensuite été enclenchée pour des périodes allant de un à trois ans…

Estudiantes : Deux barras accusés de meurtre et mis en examen…


L’enquête s’accélère après les incidents de la gare de La Plata avant le déplacement d’Estudiantes à Buenos-Aires pour y  affronter Argentinos Juniors…

Les affrontements de mercredi dernier qui ont coûté la vie à un Policier, Sergio Rodriguez, étaient un nouvel épisode sanglant de la guerre interne qui sévit au sein de la barra d'Etudiantes.

Présentés devant le juge, Esteban Mauricio Gallardo, alias Cabecita et Raul Eduardo Gomez, surnommé Cuncuna interpellés suite à des témoignages ont été accusés et mis en examen pour homicide qualifié et risquent désormais s’ils sont reconnus coupables, des peines allant jusqu’à 25 ans de prison.

Un troisième détenu, Pablo Herrera, a été libéré faute de preuves…

La Barra Brava de la « Pincha » subit depuis quelques années des luttes de pouvoirs internes qui épisodiquement sont marqués par de violents affrontements. Initialement appelée « La 114 », puis "Los Horneros", après les interpellations et condamnations de ses dirigeants, ce sont des groupes de La Favela, Las Quintas, El Churrasco, Tolosa, Ensenada, Berisso, El Dique, Olmos et d’autres quartiers qui se sont partagé le pouvoir..

Il y avait aussi autrefois "La banda de Capital" composée en majorité par des hinchas de la capitale fédérale qui vers le milieu des années 90 s’est affrontée avec les groupes de La Plata et s’est ensuite dissoute en tant que groupe autonome pour intégrer « La Barra de Los Pincharratas » d’où la situation d'aujourd'hui avec de nouveaux groupes désormais en conflit avec les anciens pour le contrôle de la Barra Platense

mardi 9 mars 2010

Incidents et interpellations durant Betis Séville – Rayo Vallecano…


De violents affrontements ont émaillé la rencontre opposant le Betis de Séville au Rayo Vallecano au stade Manuel Ruiz de Lopera pour le compte de la 27ème journée du championnat de 2ème division espagnol…

Les incidents ont débuté vers 11.30 heures quand un groupe d'une vingtaine de personnes portant des casques et armées notamment de battes de baseball ont été repérés se dirigeant vers le stade Manuel Ruiz de Lopera…

Un dispositif initial très important avait été déployé par la police pour ce match « traditionnellement » très tendu entre deux clubs dont les supporters se vouent une haine tenace, notamment au regard de « inclinaisons » politiques des « socios » béticos et de celles des Bukaneros du Rayo…

Les forces de sécurité qui sont rapidement intervenus ont interpellé 14 personnes dont certaines étaient en possession de battes de baseball, d’un pistolet d’alerte et même pour certains d'épées (!!!) qui viennent d'être présentées devant le juge d'instruction chargé de l'affaire... 

Plusieurs des ultras interpellés avaient mis des vêtements spéciaux en prévention d'une rixe, tels que, des vestes doublées à l'intérieur, des genouillères et des casques de protection….


Selon des sources policières, trois policiers ont été blessés à des degrés divers, tandis que deux voitures de patrouille ont été endommagées…

Risques de violences lors de Fiorentina – Bayern

Hier environ 300 supporters du Bayern de Munich étaient déjà arrivé à Florence pour le match retour du huitième de finale de la Ligue des champions qui se jouera ce soir au Stadio Artemio Franchi.

Aujourd’hui ce seront environ 2.800 supporters Bavarois qui devraient être présents à Florence.

Parmi ce premier contingent la Police Italienne en relation avec les services Allemand a confirmé la présence de quelque 150 membres de la « Schickeria », dont la plupart sont interdits de stade en Allemagne, notamment après de violents incidents lors d’un match contre le MSV Duisbourg en 2007…

De plus, toujours selon les services de renseignements, des affrontements pourraient avoir lieu entre ce groupe politiquement engagé "d'extrême gauche" et d'autres supporters Bavarois de tendance politique opposée. Ainsi, en Octobre dernier lors du déplacement à Bordeaux, des membres d'autres groupes de supporters du Bayern  avaient crié des slogans fascistes et effectué des saluts nazis contre les membres de la Schickeria  lors du cortège organisé par le groupe.

La Police Italienne craint aussi des violences entre les Bavarois et les ultras de la Fiorentina, mécontents du match aller, mais aussi la présence de groupes ultras Italiens d’extrême droite venant dans la Cité Toscane pour y chercher l’affrontement…

lundi 8 mars 2010

Swindon Town FC – Bristol Rovers : Six arrestations lors d’un derby (hyper) sécurisé…


La Police a procédé à six arrestations alors que plus de 10 000 fans avaient afflué vers le County Ground de Swindon (Wiltshire) pour un derby du Sud Ouest de l’Angleterre avec les Bristol Rovers qui s’avère historiquement toujours très violent…

Ce match de League One (3ème division Anglaise qui compte aussi dans ses rangs des clubs comme Leeds United, Millwall, Oldham, Stockport, Southend...) avait même été « programmé » à 13h (heure locale) samedi dernier, afin d’éviter le mieux possible que n’éclatent des heurts jeu entre supporters rivaux…

Bien qu’un dispositif ait été prévu afin d’encadrer le millier de supporters des Rovers de la gare jusqu’au stade (police montée, agents cynophiles) quelques incidents n’ont pas manqué d’éclater sans toutefois atteindre le paroxysme parfois constater par le passé. Un hélicoptère de la police survolait également (!!!) le centre ville pour signaler toutes traces de violences…

Lors des derniers matchs entre les deux clubs de la « West Country » de violents incidents avaient éclaté entre supporters comme en Décembre 2006 quand pendant un match des sièges ont été arrachés et utilisés comme des projectiles entre les deux camps.

En Avril 2007, un groupe d’une vingtaine de personne armées de battes de baseball avaient attaqués six supporters de Swindon Town avant le début de rencontre contre les Rovers…

Douze arrestations avaient également dû être effectuées par la police après que des troubles aient éclaté avant un derby en Novembre 2007.

Les arrestations ont été faites pour des délits d'ordre public, selon la police. Plusieurs ont été réalisées en dehors du stade et quelques-uns des supporters interpellés l’ont été pour ivresse et désordre public dans le centre-ville….

Elche CF – Hercules Alicante : Un derby sous haute tension…


Le derby (2ème division espagnole) de la Province d’Alicante entre le Elche CF et le Hércules Alicante a été précédé de violents affrontements entre des membres de la peña blanquiazul "Herculigans" et leurs homologues de la franjiverde "Jove Elx",  survenus en dehors du stade….

Selon certaines sources, un groupe de membres du noyau des "Herculigans" venus à Elche en indépendants, se sont rendus directement en Fondo Norte (zone Nord), le secteur "Jove Elx" pour provoquer les Franjiverde qui n'ont pas tardé à réagir.

Les deux groupes ont poursuivi les heurts jusqu’à ce que la Police intervienne pour séparer les deux factions. Quelques blessés légers ont été dénombrés…

7500 supporters d’Hércules (plus de 70 bus notamment) avaient fait ce court déplacement (21 kms) d’Alicante vers Elche….

Après le match la tension a perduré alors que les supporters locaux quittaient le stade tandis que les supporters d’Alicante leur jeter toutes sortes d’objets du haut des tribunes vers la partie inférieure du stade Martinez Valero.

Les policiers ont dû intervenir pour expulser un groupe de supporters de Elche situés dans ce secteur et qui continuaient de provoquer les supporters blanquiazules après la victoire de leur équipe (2-0)….

Incidents avant Sampdoria – Lazio : Un blessé…


Des incidents impliquant une centaine de personnes entre ultras de la Sampdoria et de la Lazio ont eu lieu hier après-midi avant le match qui devait opposer l’équipe Ligure à celle de la Capitale quand un groupe d'une trentaine d’ultras de la Lazio est arrivé à Gênes par ses propres moyens en dehors du parcours officiel et des consignes de sécurité, pour rejoindre ensuite à pied le stade Luigi Ferraris.

C’est au croisement de la Via Parenzo et du Corso De Stefanis, que les laziali se sont retrouvés face à un groupe d'ultras Doriani et que les affrontements ont commencé à coups de pieds, coups de poing, mais aussi avec des bâtons et des pierres ramassées dans la rue.

L'attaque, partie des ultras sampdoriani, a nécessité l’intervention des forces de sécurité, rapidement arrivées sur les lieux pour séparer les membres des deux tifoseria qui se sont ensuite éparpillés dans les rues du quartier Marassi où quelques heurts se sont poursuivis…

Un Ultra de la Lazio a été blessé au cuir chevelu et a été soigné par le service médical de la Croix Rouge Italienne, installé dans les structures du stade Ferraris…

dimanche 7 mars 2010

Bergame : Le bus des joueurs bloqué par les ultras de l’Atalanta...


Le bus transportant les joueurs de l'Atalanta Bergame vers le stade Atleti Azzurri d'Italia a été bloqué sur la via Roma par des ultras bergamaschi avant le match contre l'Udinese (0-0)

Vers 13h30, une trentaine d’ultras en scooter, qui suivait le bus avec des drapeaux et des fumis ont bloqué celui-ci dans le centre-ville, l'obligeant à s'arrêter…

Quelques minutes après les ultras ont retiré leurs scooters et le bus a pu facilement continuer sa route jusqu’au stade.

Samedi après-midi, deux cents tifosi s’étaient présentés au camp d'entraînement de l'équipe à Zingonia (Bergame), pour parler avec le président Alessandro Ruggeri et les joueurs, qui ont lancé un appel à la mobilisation générale étant donné la période difficile de l'équipe, reléguée à l'avant-dernière place du championnat…

This is England : Hooligans et extrême droite, une proximité ou un mythe ?…(Vol III)


Le mouvement Loyaliste a toujours été un unificateur pour les hooligans britanniques. Vers la fin des années 1980 et surtout au début des années 1990 le loyalisme des hooligans est devenu un élément central pour l'identité nationaliste, dans un contexte ou l'IRA menait une campagne violente sur la partie continentale britannique à laquelle les hooligans anglais ont réagi en adoptant massivement la cause loyaliste.

Ainsi en Janvier 1993, plus de 600 personnes, y compris des hooligans provenant de 22 firms de Grande-Bretagne, se sont réuni afin de perturber la marche annuelle de commémoration du Bloody Sunday dans le centre de Londres avec l’intention de se déplacer ensuite vers Kilburn, un secteur du centre de Londres ayant une grande communauté irlandaise pour s’en prendre à la population locale. Seule l'intervention de la police et l'arrestation de 396 hooligans et loyalistes empêcha au final que ce projet n’aboutisse…

L'extrême droite n'avait jamais bénéficié auparavant de ce niveau de soutien, Aston Villa, Oldham, Charlton, Mansfield ou Swansea tous avaient des connections avec les milieux nationalistes et xénophobes…

Parallèlement, durant ces années 90 jusqu’au début des années 2000, la montée du BNP s’est aussi reflétée dans la croissance de cet hooliganisme politique. Ainsi en 2001, les émeutes d’Oldham dans le comté du Grand Manchester (les premières d’une série d’émeutes interraciales qui précédèrent celles de Bradford, Leeds et Burnley) découlaient de semaines d'incursions « hooligans » dans les secteurs à prédominance asiatique de la ville. La première fut lancée par près de 500 hooligans après l’agression d’un retraité, Walter Chamberlain, roué de coups par quatre jeunes du quartier…

Au cours des semaines suivantes, les « Fine Young Casuals » d’Oldham, l'une des firms les plus à droite dans le pays, ont été rejoints par des petits groupes de Stockport, Shrewsbury et Huddersfield, dans le but d'inciter à la violence, ce qu ‘ils réussirent finalement à faire le 26 Mai 2001. Après qu’un groupe de 80 néonazis et hooligans aient d’abord été intercepté par la Police, un groupe d’une dizaine d’hooligans réussissait à s’introduire dans une rue principalement habitée par la communauté Asiatique, s’attaquant à des personnes et à des commerces dans des violences qui seront ensuite définies comme le « déclencheur » des émeutes d’Oldham.

Une semaine plus tard, des hooligans d’Oldham et d’Everton essayèrent de nouer des liens avec Combat 18 avec la volonté de « perturber » le match de cricket Angleterre - Pakistan qui devait de dérouler à Old Trafford en pénétrant sur la pelouse pour y placer un drapeau de Combat 18 ans afin là encore de provoquer une réaction violente des supporters Pakistanais présents. La manœuvre sera déjouée par les Services secrets Britanniques qui interpellèrent une quarantaine de personnes…