Affichage des articles dont le libellé est Oi. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Oi. Afficher tous les articles

jeudi 1 mai 2014

Bootstroke - Ένα goal

Sans raison particulière, pour le plaisir, du son, des images , de l'ambiance...(putain c'est pas Zephir au moins !). Enregistré en 2012, le 2ème jour du festival organisé par l'Original 21 pour le 30ème anniversaire de la création du groupe ultra' de l'AEK Athènes. (Photo concert local CU84 sur Rabatau)...

vendredi 30 décembre 2011

Oi! et ultras, une histoire en commun : The Oppressed (Cardiff)…


Aujourd’hui les hooligans ont évolué vers un mode casuals, plus discret et les Skinheads ne sont plus "à la mode" dans les Firms en Angleterre. Mais l’esprit perdure du côté de Cardiff, d’où sont originaires les membres de The Oppressed

mercredi 28 décembre 2011

Oi! et ultras, une histoire en commun : Bootstroke (Athènes)…

Aujourd’hui les hooligans ont évolué vers un mode casuals, plus discret et les Skinheads ne sont plus "à la mode" dans les Firms en Angleterre. Mais l’esprit perdure, même au-delà des Iles Britanniques, par exemple jusqu’en Grèce, Athènes plus précisément d’où sont originaires les membres de Bootstroke

vendredi 2 avril 2010

This is England : Cock Sparrer, "Running Riot in 2010"


Évènement en marge du football la semaine dernière, mais tellement lié à ce qu’a pu être le (ce) football Anglais de la fin des années 70 et des années 80 avec le retour de Cock Sparrer à Londres.

Là encore, voilà un nom qui ne dira pas grand chose aux jeunes générations, mais pour les (plus) anciens, à l’instar des Cockney Rejects dont ils partagent la passion pour West Ham United, Cock Sparrer, représente un, sinon le groupe, qui a lancé la Oi! dans les années 70 en Angleterre.

Retour en arrière, en 1972 précisément avec la création dans le « East End » de Londres de Cock Sparrer (initialement Cock Sparrow, un terme familier en cockney)

Formé de Colin McFaull, Mick Beaufoy, Steve "Burge" Burgess et Steve Bruce, des amis d’enfance, Cock Sparrer développera ce qu’on appellera ensuite la streetpunk ou la Oi!

Le groupe sortira quelques albums dont Running Riot in ’84 (Octobre 1984) avant de disparaître et de refaire quelques apparitions occasionnelles à compter de 1992.

Après avoir sorti un nouvel album studio en 2007 (Here We Stand), ils  avaient participé à quelques festivals ces dernières années, notamment le Wasted/Rebellion festival ou le Punk & Disorderly-Festival de Berlin in 2009.

Mais vendredi soir, avec cette relation endémique à la Grande-Bretagne qui lie la musique et le football, les hooligans et les skinheads, c’était le retour de Cock Sparrer sur Londres où les quatre membres historiques, toujours présents (McFaull, Beaufoy, Burgess et Bruce) ne s’étaient plus produit depuis dix-huit ans. Mais cette fois, cela se passait de l’autre côté de la Capitale Anglaise, du côté de Camden, dans l’Ouest Londonien, à Kentish Town plus précisément

Et dix-huit ans après, les morceaux de Cock Sparrer résonnaient toujours dans les têtes du public Londonien, un public « vintage » lui aussi, où se mélangeaient notamment Punks et Skinheads…

Comme de nombreux groupes de cette période 70/80 et notamment là encore, les Cockney Rejects, Cock Sparrer avait dû faire face dans sa première période, à une volonté de récupération politique, notamment de la part du British National Front alors que jamais un de ses membres n’ait affirmé une opinion significative…

Mais le (leur) discours patriotique a toujours suscité cette ambiguïté avec des paroles telles que « England belongs to me, a nation’s pride the dirty water on the rivers, no one can take away our memory, England belongs to me…tirées du single England belongs to me (sur la pochette originale, les quatre membres posent derrière les grilles d’entrée d’Upton Park, le stade de West Ham)…

Mais peut être que seuls les Anglais auront su comprendre (affirmer) que l’on pouvait être patriote, aimer son pays sans pour autant être un fasciste…

Le reste, on s’en branle ! Pogo !!!…